Bonjour,

Je me permets une petite réflexion au sujet du nucléaire civil. En effet, en ce moment même se joue au Japon un drame nucléaire suite au dysfonctionnement de la centrale de Fukushima qui à été frappée par un séisme d’une magnitude record de 9 sur l’échelle de Richter et surtout d’un tsunami dévastateur qui serait en grande partie responsable des dysfonctionnements actuels.

Depuis cet évènement, en France et en Europe de nombreuses voix s’élève contre la production d’électricité dans des centrales nucléaires. Il m’apparait important d’éviter tout jugements hâtifs en raison de l’actualité et d’éviter toute forme de récupération politique.

La grande question qui se pose, c’est comment se sortir en France du “pratiquement tout nucléaire” et aussi doit-on en sortir. Malgré les risques que tout le monde connais, le nucléaire permet d’obtenir une électricité très peu couteuse en CO2, est indépendante du soleil, du prix du pétrole et de l’ensoleillement. Le cout de la matière première (l’uranium) impacte peu le prix de l’électricité produite.

Sortir de nucléaire du jour au lendemain (ou bien alors sur un très courte période) me parait bien bien peu crédible pour la France tant la part de l’électricité nucléaire est importante (75 % environs). En effet, il serait alors nécessaire de construire des dizaines de milliers d’éoliennes ou bien de recouvrir tout le territoire de panneaux solaires photovoltaïques. De plus, ces moyens de production sont dépendants du climat et il serait nécessaire de mettre en place un système de stockage complexe pour recréer de l’électricité pour les périodes de pointe ou de sous-production. Si l’idée est tout à fait louable, sur le papier, cela semble bien compliqué.

Par contre, il me parait raisonnable d’investir d’avantage de recherche sur ces nouvelles énergies, afin d’obtenir un meilleur rendement de ces technologie, mettre en place des filières efficaces de recyclage et de retraitement des panneaux solaires qui sont tout de même pas anodins niveau impact sur l’environnement.

Il s’agit probablement là d’un tournant et d’un choix important concernant nos énergies du futur. Un choix auxquels nos politiques devront répondre avec la plus grande transparence et indépendance (là je commence à m’inquiéter…). De toute façon, au delà des conceptions idéologiques, j’ai bien peur qu’encore une fois, c’est l’argent qui choisira.

Voilà une petite bafouille de ma part sur ce sujet brulant, qui bien sur n’engage que moi et au sujet duquel je suis ouvert à toutes discussions.

Classés dans :

Cet article a été écrit par volcanol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.