Le séisme de 6.3 de magnitude qui vient de frapper la ville de Christchurch n’en fini plus de faire des victimes (75 à l’heure actuelle) alors que la ville avait été déjà durement touchée par un puissant séisme de magnitude 7,1 sur l’échelle de Richter en septembre 2010 mais sans faire de victimes.

On peut alors se poser la question de pourquoi ce second séisme pourtant moins intense que celui de septembre dernier a causé autant de dégâts dans un pays où les normes de construction semblent sérieuses. On peut envisager justement que le premier séisme et ses nombreuses répliques avait fortement fragiliser les bâtiments malgré des normes de construction parasismique stricte et que le second a donc frappé des structures moins solides.

La Nouvelle-Zélande est malheureusement localisée sur une zone très active du point de vue géologique et sismique et de nouveaux séismes majeurs ne sont pas à exclure.

Classés dans :

Cet article a été écrit par volcanol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.